Politiquement correct... et (surtout) incorrect

Politiquement correct... et (surtout) incorrect

vendredi 30 mars 2012

Forza Rocabruna…viva San Remo


C’était une décision difficile à prendre et le débat a été animé au sein du comité directeur qui a longuement pesé le pour et le contre.
Finalement, à la majorité, nous avons décidé de « délocaliser » nos trois matches de play-off que nous jouerons à San Remo au gymnase « della spina».
Je suis pleinement conscient du choc que vont recevoir nos supporteurs les plus anciens pour qui le gymnase Valgelata est aussi sacré que la tisane de 20 heures pour une personne très âgée.
Je tiens donc en préambule à les rassurer : le gymnase Valgelata est et restera notre fief. C’est entre ses murs que s’est construite son histoire et ce n’est pas un hasard s’il porte le nom d’un dirigeant « historique » des grandes années.
Le gymnase della Spina
Mais les Play-Off sont une aventure exceptionnelle que nous allons avoir la chance de vivre pour la seconde année et, à ce titre, ils méritaient un traitement exceptionnel.
Les supporteurs n’hésitent plus, aujourd’hui, à suivre parfois fort loin leur équipe favorite. En Top 14 de rugby, le Stade Français (club de Paris) est récemment allé jouer au Mans qui n’est quand même pas la porte à côté tandis que Perpignan est déjà allé à Barcelone ou Biarritz au Pays Basque espagnol.
San Remo n’est jamais qu’à une petite demi-heure de Roquebrune (moins si c’est Isabelle Dal F. qui est au volant avec l'unique point restant sur son permis...) et il n’est pas rare d’y rencontrer de nombreux Roquebrunois, enfin, Roquebrunoises.
Aller jouer dans la ville qui accueille un festival de la chanson et l’une des plus grandes courses cyclistes du monde est donc pour RCM Basket un honneur qui ne pouvait se refuser.
Lorsque Marco est venu me faire la proposition, j’ai fait, je l’avoue, les yeux ronds.
Mais j’ai carrément été suffoqué lorsque Elena qui l’accompagnait a déclaré « ce serait très bien ». Il y avait quatre mois et quatorze jours que je n’avais pas entendu sa voix, sinon pour me dire « si » et parfois même « oui ». Alors, quatre mots d’un coup, pensez, je n’en croyais pas mes oreilles ! Et cela m'a fait comprendre l’importance du projet.
Lorsque j’ai évoqué cette possibilité devant le comité directeur, Agostino a fait des bonds de joie. Il sautait tellement que j’ai cru qu’il nous faisait une annonce du prochain film du Marsupilami. Jo qui ne cache pas ses ascendances italiennes était lui aussi positivement ravi.
Valérie qui entrevoyait déjà la possibilité d’aller faire discrètement du shopping sans avoir à demander la permission à Gigi a immédiatement donné son accord. D’ailleurs, après la réunion, elle avait déjà à la main un certain nombre de cartes de visite de commerçants auxquels elle comptait téléphoner pour prendre certaines options (des bottes à très hauts talons et des guêpières notamment).
Comme je le craignais, René a dit tout le mal qu’il pensait de cette initiative « saugrenue ». En même temps, il ne fait qu’une sortie hebdomadaire pour se rendre au gymnase distant de moins d’un kilomètre de son domicile. Alors traverser une frontière (même virtuelle), c’était beaucoup lui demander.
Gillou est resté de marbre (de Carrare ?), Isabelle a parlé mais j’ai eu du mal à tout comprendre dans le torrent de paroles qui s’est déversé sur la table de réunion, Patricia s’est déclarée solidaire d’Agostino, les deux Patrick auraient préféré jouer à Cannes afin de repérer le gymnase où auront lieu les play-off des Poussines, Antoine a souri énigmatiquement, Nadège s’est rongé les ongles, Daniel a poussé un rugissement mais je ne sais si c’était de joie ou de colère.
Restait Pierrette qui, scotchée à l’ordinateur, faisait en même temps la comptabilité. En effet, elle affirme doctement être capable de faire au moins deux choses à la fois (ce qui n’a pas été confirmé par Denis, je le précise, mais c’est un autre débat). Dans un premier temps elle a dit immédiatement oui ce qui m'a considérablement surpris. En fait, elle avait compris que nous allions jouer un match amical à San Remo, ce qui n’était pas tout à fait la même chose. J’ai donc dû, patiemment, lui re-expliquer le pourquoi du comment. Pierrette a d’abord déclaré que c’était n’importe quoi et que, tant qu’à délocaliser, il serait préférable d’aller jouer en Espagne où elle se faisait fort, avec sa seule famille, de remplir un gymnase. Je lui ai fait remarquer que l’Espagne c’est quand même nettement plus loin que San Remo, chose qu’elle a fini par admettre. Du bout des lèvres.
Bref, on a voté et les « pro San Remo » ont gagné. Nouveaux bonds du Marsupilami.
Avant de prendre une décision définitive, j’ai tenu à consulter les principales intéressées et évidemment leurs coaches. Voici quelques unes des réactions
Veronika : « shbdiooprtovz qzfghrova ». Mes connaissances en slovaque ne sont pas aussi poussées que celles de David mais je peux résumer la pensée de Veronika par « c’est une idée intéressante à laquelle je souscris totalement car elle va faire de nous de véritables ambassadeurs et permettra à notre équipe de montrer à l’étranger la valeur du basket ball féminin français auquel je suis fière d’appartenir »
Adriana: "hyujokerkova jfdydndkova gyethdunova qzkmiontrwzova gjrtuyfldjova kikepodkwznova loejdhypwova dcehwzdjekova sjduekahova diejdyepwskelova Wera" (traduction: "pareil que Wera")
Adriana: dheydkcoval nanansuenova (traduction:  j'en profiterai pour déposer ma liste de mariage dans l’un des plus beaux commerces de la ville).
Marine C. « qu’en dit maman ? »
Sarah : « Qui c'est ce Remo ? Et pourquoi il est pas là? »
Marylène : « on joue où vous voulez mais je tiens absolument à ce que le timing de la préparation de nos matches soit parfaitement respecté, à la minute près. Il faudra déterminer avec précision le temps du trajet +10% afin d'être sur place à 18H30, la conférence d'avant match ayant lieu à 19H14 et la reprise de l'échauffement à 19H28 »
Bref, aucune n’a manifesté une ferme hostilité au projet.
Conclusion de Cyril : « moi, je m’en fiche. Qu’on joue au Valgelata, à San Remo ou dans une cabine téléphonique, de toute façon on gagnera ».
Fred: "Ce sera l'oeuf en chocolat sur le ruban!" (je présume que notre bon Fred fait une fine allusion aux prochaines fêtes de Pâques)
Forza Rocabruna…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Membres

Qui êtes-vous ?

Roquebrune Cap-Martin, France