Politiquement correct... et (surtout) incorrect

Politiquement correct... et (surtout) incorrect

lundi 30 janvier 2017

Exit Simone, (re) bonjour… Babette !



C’est fait : Simone n’est plus entraîneur de l’équipe première.
La décision a été prise – dans la plus grande discrétion ! – en fin de semaine et, à Saint Jean de Muzols, les joueuses roquebrunoises étaient dirigées par une certaine Aranda B.
Le nom ne dira peut-être pas grand-chose aux jeunes générations… et peut-être même aux plus anciennes mais si l’on dit « Babette », tout le monde reconnaîtra l’un des plus emblématiques personnages de RCM Basket.
La saison dernière, à défaut de sauver l’équipe 1 dans un contexte bien difficile, Babette s’était illustrée d’exceptionnelle façon en participant au sauvetage de l’équipe 2… en tant que joueuse ! Elle avait en effet repris du service pour un match à Roquebrune sur Argens et, malgré le manque d’entraînement, malgré les ans, avait éclaboussé le match d’un talent qui, en d’autres temps, avait souvent mis le feu au gymnase Valgelata.
Remplacer Simone était devenu, je l’ai écrit, un impératif. Sans porter de jugement sur les torts des uns et des autres, il était évident que le divorce était consommé entre le coach et les joueuses. Et la décision aurait dû être prise depuis longtemps, ce qui aurait peut-être permis d’engranger quelques points de plus.
A ce moment de la saison, les options n’étaient pas très nombreuses. Encore fallait-il convaincre Babette de sortir de sa retraite prise en fin de saison dernière pour des raisons strictement personnelles. Ce n’a finalement pas été le plus difficile, tant est grand son attachement à un club auquel elle est liée depuis tant d’années.
Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, l’équipe a – aussi – récupéré une joueuse supplémentaire, Sabine dont on se demande encore, après ce qu’elle avait montré l’an dernier, pourquoi elle avait décidé d’arrêter de jouer.
Ni Babette, ni Sabine n’ont suffi à inverser la tendance à Saint Jean de Muzols. Le contraire eut été étonnant. L’une ne pouvait en deux jours profondément changer l’état d’esprit de l’équipe et l’autre doit retrouver le rythme de la compétition.
Et puis, on sait très bien que gagner à Saint Jean est quasiment impossible.
En fait, les premiers effets sont attendus dimanche prochain face à Villeurbanne, un match qui doit ABSOLUMENT être gagné.
Ce sera (je n’ose même pas employer le conditionnel !) une sorte de rampe de lancement vers l’objectif Ozon le 12 février.
La 12ème journée a apporté deux enseignements dans la lutte pour le maintien : Saint Jean et Mandelieu commencent à se dégager du bas de tableau, Côte Vermeille est quasiment relégué… et Vence ne va pas très fort.
La lutte pour le maintien va donc principalement concerner Le Rousset, Ozon, Villeurbanne et Roquebrune.
En gagnant dimanche, les joueuses de Babette mettront Villeurbanne derrière elles. Et seront probablement à égalité avec Ozon… qui a disputé un match de plus.
Or, le 12 février, Roquebrune se rendra à Ozon. Ce sera véritablement « le » match du maintien… et, d’ici là, Babette aura, on l’espère, réussi à insuffler une âme de vainqueur à son équipe.
La mission est difficile, le challenge est lourd mais il ne saurait effrayer l’intéressée qui en a vu bien d’autres durant ses années roquebrunoises !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Membres

Qui êtes-vous ?

Roquebrune Cap-Martin, France