Politiquement correct... et (surtout) incorrect

Politiquement correct... et (surtout) incorrect

mardi 14 février 2017

Un "massacre" programmé

Les optimistes à tout crin objecteront que, mathématiquement, tout reste possible (ce qui est vrai), mais, pour moi, la messe est dite : sauf repêchage éventuel, Roquebrune quittera la saison prochaine un championnat national, une trentaine d’années après y avoir accédé pour la première fois… et s’y être maintenu depuis avec trois incursions en NF1 dont deux dans les années 80 pour ce qui était alors le plus haut niveau français.
Une victoire à Ozon n’aurait pas eu d’effet miraculeux mais aurait à tout le moins permis d’entretenir l’espoir.
Il n’en a rien été avec même une cinglante défaite de 24 points (71/47). Le suspense n’a en fait duré que quelques minutes, le temps pour les Lyonnaises de se mettre rapidement hors de portée avec un 17/5 signé au terme du premier quart-temps. L’écart n’allait ensuite cesser de grandir en dépit d’une Wera des grands jours auteur de 22 points dont 13 (sur 15) dans le dernier quart-temps.
Comme, dans le même temps, Villeurbanne s’imposait face à Furiani et que Vence réussissait une belle performance face à Venelles (2ème), Roquebrune recule à l’avant-dernière position, devant Côte Vermeille qui poursuit son chemin de croix. L’équipe de Babette compte désormais un point de retard sur Vence toujours relégable et surtout  trois points sur le duo Rousset-Villeurbanne qui se partagent la 8ème place synonyme de maintien. Et combler un écart de trois points en sept matches relève du domaine de l’impossible sachant que le prochain match verra Roquebrune recevoir Carqueiranne, le leader invaincu ! Sans parler du goal-average direct qui, à ce jour, équivaut déjà à un point de plus de retard sur Villeurbanne.
Au-delà des faits « bruts », une chose m’a surtout interpellé : sept filles seulement ont effectué le déplacement. C’est parfaitement « légal » mais compte tenu de l’inexpérience d’Amélie et de la cadette (U17) Pauline, cela faisait quand même « léger »!
Sachant l’importance capitale de cette rencontre, on aurait pu penser que dirigeants et staff technique allaient provoquer une sorte d’ « union sacrée » pour tenter de sauver ce qui pouvait encore l’être. L’équipe 2 était au repos et je connais au moins deux joueuses qui, sur un match, auraient pu donner un bon coup de main. Sans parler de Jana – études – et d’Heidi dont on sait depuis le début de saison qu’elle ne ferait que très peu de déplacements mais que l’on aurait peut-être pu convaincre de déroger à cette règle.
On a vraiment l’impression que le match a été pris « à la légère », comme s’il était perdu d’avance et que l’on se contentait donc d’expédier les affaires courantes. Une sorte de massacre programmé.
Ce qui revient à poser la question : voulait-on réellement sauver la place de RCM Basket en NF3 ? Je commence à sérieusement en douter, quelles qu’aient été les rodomontades de la présidente du club déclarant, en début de saison, vouloir organiser une phase finale de NF3 avec la participation de Roquebrune!
Elle a maintes fois réitéré sa volonté d’intégrer de plus en plus de filles « du cru ». On ne saurait le lui reprocher, bien au contraire.C'est l'axe de travail que nous avons, ensemble, défendu durant de nombreuses années.
Le gros souci, c’est que la plupart desdites filles susceptibles d’être intégrées demain n’ont pas le niveau de NF3… Se retrouver en Pré-National pourrait donc être une hypothèse crédible avec l'aval d'une municipalité heureuse de pouvoir justifier une baisse de subvention. Resterait alors à se maintenir en Pré-National... ce qui, malheureusement, est loin d’être certain. Quant à remonter...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Membres

Qui êtes-vous ?

Roquebrune Cap-Martin, France